Café-Débat sur la démocratie participative: venue de Jo Spiegel, 21 Novembre 2019

Café-Débat sur la démocratie participative: venue de Jo Spiegel, 21 Novembre 2019

Maire de Kingersheim (Haut-Rhin, 13000 habitants), il y a mis en place, pendant plus de 10 ans, des conseils participatifs (avec des tirages au sort de citoyens) pour toutes les grandes décisions relatives à la commune. Une expérience extrêmement intéressante qu’il viendra partager à Prades-le-Lez, le 21 Novembre 2019 (salle des conseils, mairie).

Organisé par l’association

Crise climatique : pour une mobilisation d’urgence – Article PradesMag Novembre-Décembre 2019

Crise climatique : pour une mobilisation d’urgence – Article PradesMag Novembre-Décembre 2019

Energie nouvelle, porteur de valeurs écologistes et solidaires, a voté « pour » le vœu de la majorité de déclarer Prades en état d’urgence climatique (CM du 25/09). Ici comme ailleurs, les épisodes caniculaires alertent. La crise climatique et écologique et l’aggravation des injustices sociales qui en découle, sont planétaires. Il est vital d’agir, en luttant contre le réchauffement du climat, en adaptant les constructions, l’aménagement du territoire aux impacts qui se font déjà sentir, en s’orientant vers plus d’autonomie alimentaire et énergétique. Selon le GIEC, jusqu’à 70 % des leviers pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre sont au niveau local. Or que nous propose la majorité ? « Orienter à chaque fois que cela sera possible », « favoriser ». Quel manque d’ambition face aux enjeux ! Nous saluons sa volonté de sensibilisation mais attendons plus de détermination, également au niveau de la métropole : évaluer systématiquement l’impact climatique des projets, établir un plan de réduction des gaz à effet de serre. Il y a urgence à agir sur les déplacements, la bétonisation, etc. Le bilan de l’actuelle municipalité n’incite pas à y croire. Mais regardons vers l’avenir, il est temps de prendre soin de la Terre et des Hommes. Contactez elus@energieprades.fr

Prades-le-Rêve?

C’est la rentrée. Le temps de donner corps à nos rêves. « Energie nouvelle » fait ce rêve pour
notre village :
A Prades, les projets seront élaborés en concertation avec les habitants.
Une démarche participative authentique sera mise en place, basée sur la volonté de co-
constuire les projets avec les Pradéens. La protection de la planète et celle de l’écosystème
de tous les êtres vivants sera la clé de voûte de toute décision municipale.
Des assemblées seront organisées, suivant la dynamique mise en place ailleurs, pour une
éducation de toutes et tous à une citoyenneté responsable. Les habitants pourront
contribuer à la gouvernance autrement que par leur seul bulletin de vote.
Le budget participatif prendra le temps d’un échange approfondi avec toutes les associations
et les habitants volontaires, la pédagogie étant présente à chaque étape.
L’aménagement urbain de la commune se fera en ayant toujours le souci de préserver un
environnement serein, vivant, ouvert et divers, en toute transparence et en concertation
régulière.
Et au fronton de notre mairie, Liberté, Egalité, Fraternité, Laïcité, Parité, Biodiversité
ouvriront la voie au temps retrouvé.
« L’utopie est la vérité de demain », Victor Hugo
Bonne rentrée à toutes et tous !

Article PradesMag Septembre-Octobre 2019

ZAC Cantarelle: avis de l’association sur la modification simplifiée du PLU

ZAC Cantarelle: avis de l’association sur la modification simplifiée du PLU

L’association a déposé en mairie un avis sur la modification simplifiée du PLU, augmentant la surface constructible de 84%. L’association y dénonce l’argumentaire biaisé pour justifier la modification et y permettre la construction d’une nouvelle barre de logements à côté de la poste (voir article ML, avril 2019).

L’argumentaire de l’association (qui s’en tient aux faits précis faisant l’objet de la modification) n’a reçu aucune réponse de la mairie.

Libérer l’espace public de la pub

Alors que l’urbanisation de la commune menace son patrimoine architectural et sa valeur paysagère, la question de la publicité se pose également.  La métropole, conformément à la loi, prépare son Règlement local de publicité intercommunal (RLPI). Un projet qui semble aller dans le bon sens avec une maîtrise de l’affichage. Pourtant, des zones dérogatoires sont prévues. Actuellement, Prades est globalement préservé de l’affichage publicitaire et ça doit continuer. Nous demandons qu’il n’y ait aucune nouvelle implantation de pub à Prades et qu’elle ne s’étende pas aux « périmètres d’interdictions relatives à dérogations possibles » cartographiés sur notre village. Nous avons soulevé cet enjeu en conseil municipal du 22/05 mais aucune garantie ne nous a été donnée. Favorisons les enseignes des commerçants et artisans locaux plutôt que celles de grands groupes pour défendre le commerce de proximité. Promouvons les événements culturels, artistiques, l’expression associative et d’opinion. Le RLPI métropolitain doit être ambitieux et porter les valeurs d’un aménagement harmonieux de l’espace public. Il pourrait s’inspirer de Grenoble, engagée pour une « ville sans pub » depuis 2014, sans affichages lumineux grands consommateurs d’énergie. Evitons le matraquage auquel nous sommes confrontés, qui pousse à consommer davantage tout en enlaidissant notre cadre de vie.

Sur ce sujet, voir l’avis d’Energie nouvelle sur sur l’élaboration du règlement local de publicité intercommunal (RLPI) de la métropole, suite au débat en conseil municipal du 22 mai 2019 : Avis RLIP_EnergieNouvelle_PradesleLez_062019

 

Article PradesMag Juin 2019

Ces projets dont on ne nous parle pas – PradesMag mars 2019

Que va devenir le bâtiment de la Poste, quel est le sort réservé au terrain de l’école annexe, deux lieux centraux de notre commune, inclus dans la ZAC Cantarelle dont la surface constructible vient d’être augmentée ? Quel est ce projet de nouveau groupe scolaire dont nous avons appris l’existence par les associations de parents d’élèves ? Une décision subite, alors que jusqu’à présent M. le maire nous assurait qu’elle n’était absolument pas à l’ordre du jour, malgré nos alertes sur la nécessité d’adapter les capacités d’accueil à l’arrivée de nouveaux enfants : classes, réfectoire, transport scolaire à mettre en place. Pourquoi ces projets ne font-ils l’objet d’aucune concertation ? Le cas de l’école est symptomatique : Le maire décide puis on en discute après, à la marge. On ne sait pas si différents scénarios ont été imaginés, mais le choix du lieu d’implantation de la nouvelle école est déjà fait. Cela sans travail préalable avec l’ensemble du conseil municipal, sans communication sur les coûts de construction et de fonctionnement et leur financement, sur les critères architecturaux, sans une vision globale d’aménagement de la commune. La population s’est accrue et cela nécessite des équipements publics : pour l’école comme pour tous les équipements structurants, exigeons une politique écologique et sociale ambitieuse.

 

 

Déclaration commune des trois groupes d’opposition

Lors des précédentes élections municipales, nos trois groupes d’opposition n’ont pas obtenu la majorité des suffrages. Comme le prévoient les institutions de la république, nous sommes donc minoritaires au sein du conseil municipal : 8 conseillers municipaux d’opposition sur un total de 27. Les 19 autres conseillers municipaux sont tous ceux de la liste de Jean-Marc Lussert qui dispose donc d’une large majorité pour mener les affaires de la commune et faire voter les délibérations. Au terme de la loi, le maire et ses adjoints en place ont encore un statut. Monsieur le Maire continue à représenter Prades au sein conseil de Métropole. Mais la situation politique exceptionnelle que nous subissons tous entrave toutes les décisions. Les projets pour Prades sont désormais tous arrêtés, plus aucune anticipation n’est possible et tout est désormais incertain.

La réalité est que la liste du Maire majoritaire s’est déchirée pour des raisons encore inexpliquées complètement, ce qui donne maintenant 11 conseillers, (dont le maire) d’un côté et 8 conseillers (dont l’ex-premier adjoint) de l’autre. Ces huit conseillers dissidents tentent de se faire passer pour un groupe d’opposition  alors qu’ils ont été élus sur la liste du Maire. Il semble que le divorce soit définitivement consommé entre les colistiers du maire, bloquant ainsi l’administration de notre village, l’élaboration de projets et bafouant totalement le résultat des urnes. La responsabilité incombe totalement à la majorité issue des élections de 2014 qui n’est plus en capacité de gérer la commune, et ne peut respecter l’engagement pris devant les Pradéens.

Face à cette situation, le Maire adopte une attitude plus que négative. Il refuse de présenter les dossiers dans la transparence et refuse tout autant l’échange qui pourrait permettre de rassembler une majorité ponctuelle sur des questions importantes. Au contraire, il pratique la désinformation et les pressions sans se soucier des conséquences néfastes pour la commune de cette attitude omnipotente. Pour exemple, aucune commission enfance ne s’est tenue depuis la démission il y a deux ans de sa première adjointe

Dans l’intérêt de la commune, nos trois groupes d’opposition refusent de laisser perdurer cette situation. Il est temps que monsieur le Maire et les élus avec lesquels il s’est présenté aux élections prennent acte de leur incapacité à  gérer et que les Pradéens retournent aux urnes.

Nos trois groupes d’opposition ont donc décidé de prendre ponctuellement et ensemble la plume pour nous adresser aux Pradéens afin de réaffirmer que nous ne pouvons être rendus responsables des difficultés actuelles. Ni salariés de la commune ni rétribués d’aucune façon depuis notre élection, nous assumons les missions que nous ont données les Pradéens : ouvrir les débats, présenter nos points de vue et veiller au bien commun. Tous les dysfonctionnements subis dernièrement ou prochainement sont de l’entière responsabilité de tous les colistiers de Jean Marc Lussert.

Souhaitons que nous puissions rapidement revenir à ce qui nous intéresse tous : notre village, son avenir, son bien vivre.
 

Florence Brau, Isabelle Chabbert, Bruno Chichignoud, Maguy Del Rio, Frédéric Fesquet, Gérald Fryson, Alexis Torrent, Catherine Valette-Lebeau.

 

Abattage des pins rue des Bouissousses/Brassens

Abattage des pins rue des Bouissousses/Brassens

Abattage des pins de l’avenue de Bouissouse et de la rue Georges Brassens: point de vue d’Energie nouvelle

Energie nouvelle a été alertée fin août par des habitants de l’avenue de Bouissouse. Ces derniers étaient inquiets suite à la réception d’un courrier du 14 juin 2016 provenant de la Mairie et prévoyant l’abattage imminent de pins dont les racines déformaient la chaussée (prévu selon ce courrier 1er quinzaine de septembre).

Nous (énergie nouvelle) sommes allés sur place le 3 septembre pour nous rendre compte de la situation et discuter avec les riverains. Nous avons constaté la déformation effective d’une partie de la chaussée et du trottoir bordant le premier tiers de la rue, côté droit en venant du chemin des Mazes et la gêne occasionnée pour quelques riverains de ce secteur.

Si certaines personnes rencontrées ce jour-là étaient donc plus favorables que d’autres à la coupe des pins déformant la chaussée, les riverains s’élevaient contre l’absence de concertation avec le maire et de projet global d’aménagement de la rue. Leur revendication était la suivante : l’abattage des pins est peut-être nécessaire, mais il faut d’abord réfléchir ensemble, avec la mairie, à un plan d’aménagement global de l’avenue de Bouissouse et également de la rue G. Brassens : comment redonner de l’ombre et du charme à ces rues, comment organiser les circulations et déplacements doux ? Lire la suite

3 sources majeures d’inquiétudes

Cet article est nous est demandé 6 semaines avant sa parution, il aura sans doute perdu de son actualité au moment où vous le lirez. Ainsi va la démocratie à Prades-le-Lez.

Nos inquiétudes se multiplient:

L’école devrait être le lieu où l’intérêt  général converge.
Le Maire n’a pas essayé de défendre son  budget, retoqué par la chambre régionale et la préfecture. Il se pose en fauteur de troubles en écrivant aux parents et en s’adressant aux enseignants pour faire porter la responsabilité sur les oppositions.
Leur dit-il qu’il a refusé de réunir la commission éducation depuis 2 ans? En conseil, le maire déclare que la rénovation des façades de l’école, « ce n’est pas urgent ». Le savez-vous ?

Sur les questions d’urbanisme, les décisions manquent pour le moins, de transparence.
Alors que nous critiquions déjà  l’inadaptation des équipements municipaux pour les besoins actuels, nous découvrons des projets conséquents au plan démographique, au dernier moment et à condition de poser les questions.

La métropole prend des orientations qui impactent la gestion communale et notre avenir (fiscalisation, compétences sociales, ligne 5), nous devons aller chercher les informations à la source. Car rien de tout cela n’est évoqué en conseil municipal.
Il est important que les Pradéens viennent eux mêmes évaluer la situation.

Florence Brau, Bruno Chichignoud, Maguy Del Rio, Frédéric Fesquet, Gérald Fryson

Communiqué – audience préfecture Mai 2016

Communiqué commun 3 groupes suite à Audience en préfecture

 Ce vendredi 27 mai, suite au conseil municipal très difficile du mercredi précédent  et à une demande d’audience sollicitée après le  rejet du budget, les trois groupes Resized_20160527_160435d’opposition  (l’Alternative de Gauche, Prades Passionnément et  Energie Nouvelle/Tous ensemble pour Prades le lez) ont été reçus à la Préfecture par la direction des collectivités territoriales.
Le rendez vous avait pour objectif de présenter aux services de l’état les fortes inquiétudes des trois groupes face aux difficultés structurelles auxquelles se trouve désormais confrontée la commune de Prades le Lez. Sans majorité au Conseil Municipal, le Maire ne peut plus désormais concevoir aucun projet, la majorité scindée en deux étant désormais dans l’obstruction permanente. Position intenable, s’il en est, pour une gestion raisonnée, réfléchie, prospective. Les trois groupes ont ainsi pu exprimer au Préfet que la situation de crise devant perdurer, le contexte allait se tendre et qu’il serait opportun et fondé que les pradéens puissent, grâce à un nouveau scrutin, redonner à une nouvelle équipe, sa légitimité de gestion, et ce, dans l’intérêt général du village. Les services du Préfet, se sont montrés attentifs, notamment sur les questions de droit et de règlement. Ils ont confirmé  que la décision du Préfet, seule à même aujourd’hui de rendre exécutoire le budget sera prise, après que la chambre régionale des comptes ait rendu son rapport,  vers mi-juin.

Billet Pradesmag Mai 2016

Un nouvel élan pour Prades-le-lez

Une des rôles de l’opposition est de contrôler la bonne marche de la majorité en place et de vous informer. La majorité municipale n’existe plus : en raison des dissensions internes à son équipe, le maire est durablement mis en minorité par ses propres colistiers et le budget 2016 a été rejeté.

La majorité n’a pas su anticiper la croissance de la population pradéenne et les besoins qui en découlent (infrastructures manquantes…) et le groupe restreint autour du maire n’est plus en mesure d’y répondre. Se contenter d’un équilibre budgétaire ne peut tenir lieu de politique.

Quelle est la légitimité de cette équipe, comment sortir de la crise, que voulons-nous pour l’avenir de Prades… ? Nous vous donnons rendez-vous le 13 mai à 20h30, salle Jacques Brel, pour une concertation des Pradéens.

Fidèles à nos engagements, toutes les opinions pourront s’exprimer, faire des propositions ou poser des questions dans un climat serein et constructif. Notre volonté : apporter un autre regard sur la politique communale en associant les citoyens qui le souhaitent, pour construire le Prades de demain.

Autre rencontre : mardi 10 mai, salle du conseil, 20h30 : café-débat « Peut-on se passer des partis politiques ? »

Florence Brau, Bruno Chichignoud, Maguy Del Rio, Frédéric Fesquet, Gérald Fryson – contact@energieprades.frwww.energieprades.fr