Ateliers de réparation de vélo

🚴‍♀️🚴‍♂️ LES VELOS SE DECONFINENT ! 🚴‍♀️🚴‍♂️

Rien de mieux que le vélo pour se déplacer pendant le déconfinement. Vous avez un vélo qui a besoin d’un petit coup de main pour le remettre en marche ?

Nous lançons des ateliers de réparation et de conseil totalement gratuits, pour vous permettre de remonter en selle. Pas besoin d’apporter outils et matériel, nous avons tout sur place 🔧🔩 😃

Pour commencer, deux rendez-vous par semaine :
les mardis de 17h30 à 19h30
les jeudis de 17h30 à 19h30

Où ?
au 75, rue Jean-Jaurès, au local d’Energie nouvelle (à côté de la fleuriste)

Bien entendu, pour respecter les consignes de sécurité sanitaire, nous ne pourrons pas être plus de 10 par atelier.

Contacts :
Bertrand : 06 13 13 37 42
Gilles : 06 47 03 51 19
contact@energieprades.fr

Ces ateliers sont organisés en partenariat avec le Vieux Biclou de Montpellier https://www.vieuxbiclou.org/

Le lien humain – Texte envoyé pour parution dans le PradesMag du mois de juin

Nous souhaitons sincèrement que la période que nous traversons vous ait affecté le moins possible. A présent, la crèche et les écoles rouvrent : les agents municipaux et équipes éducatives et enseignantes font leur possible pour que les consignes sanitaires et le bien-être des enfants soient respectés. Face à la reprise, de nombreuses familles sont dans le désarroi. La discussion et l’information régulière sont alors indispensables. Puisque l’école à la maison va continuer et qu’elle peut être ardue et générer des inégalités, proposons des solutions d’accompagnement.
Nous n’approuvons pas la décision non concertée de M. le maire de supprimer toutes les subventions de fonctionnement du secteur associatif. Le budget 2020 a été mis au vote lors du conseil municipal du 29/04. Nous attendions qu’il prenne davantage la mesure de l’impact de la crise sur la commune et ses acteurs économiques, culturels et sportifs, même si tout n’est pas encore connu. Nous saluons l’augmentation de l’enveloppe du CCAS. Mais inscrire des dépenses d’investissement de 671 k€ pour les vestiaires du foot américain est totalement inapproprié. Nous avons voté contre ce budget qui ne correspond pas aux choix politiques que nous portons.
Réussissons collectivement le déconfinement et engageons-nous pour un « après », solidaire, attentif, écologique.

La réouverture des écoles

La réouverture des écoles

Aujourd’hui, la crèche rouvre ses portes et les enseignants de l’école sont en « prérentrée », avant le retour des enfants à partir de jeudi 14. Les conditions techniques et sanitaires sont jugées réunies, pour protéger les enfants bien sûr, mais aussi le personnel municipal mobilisé.
L’organisation de la reprise, décidée par le gouvernement, repose dans les faits sur l’exécutif communal, les agents municipaux, les équipes éducatives et enseignantes, qui font leur possible pour que les consignes soient respectées et que nos enfants soient accueillis dans les meilleures conditions psychologiques et sanitaires, suivant un protocole strict d’une cinquantaine de pages : il est difficile de mettre en œuvre et de faire respecter aux enfants toutes les recommandations de sécurité sanitaire, ce qui demande un investissement humain important ; nous leur faisons bien entendu confiance pour cela, en insistant sur la nécessité d’une information et d’une formation rigoureuses des agents et animateurs du périscolaire, tant sur le discours à tenir auprès des écoliers que sur le protocole à appliquer au quotidien et sur la durée.
Demain (mardi 12), la rectrice de l’académie de Montpellier (Éducation nationale), visitera nos écoles : un gage de sécurité supplémentaire pour les familles.

⇒ PROTOCOLE SANITAIRE – GUIDE RELATIF AUX ÉCOLES MATERNELLES ET ÉLÉMENTAIRES, du Ministère de l’Éducation nationale covid19—protocole-sanitaire-pour-la-r-ouverture-des-coles-67182

Plusieurs d’entre elles sont dans un grand désarroi, souvent culpabilisant : vaut-il mieux garder les enfants à la maison ? Les renvoyer à l’école pour qu’ils retrouvent un nécessaire lien social, disent au revoir aux copains et aux enseignants avant les vacances, ou parce qu’on n’a pas le choix de faire autrement ? Moins de la moitié des élèves de l’école élémentaire sont attendus (nous ne connaissons pas encore les chiffres pour l’école maternelle), sur le principe d’un mi-temps (deux jours de classe et de deux en continuité pédagogique par semaine) afin d’opérer un roulement entre les groupes (15 enfants maximum par groupe).

Dans ce climat encore incertain, la concertation, la discussion et l’information régulière des familles, nous paraissent indispensables pour que tout se passe dans la sérénité, sans stress supplémentaire pour les enfants. Puisque la responsabilité incombe aux communes, soyons à l’écoute.

Il convient de se préoccuper des enfants lorsqu’ils ne seront pas en classe : qu’est-il prévu par M. le maire pour les deux jours sans école ? Nous nous inquiétons également d’un possible besoin de soutien scolaire, car nous savons qu’il est plus difficile d’apprendre sans les enseignants et que l’école à la maison est souvent une tache ardue. L’inégalité devant les outils numériques est aussi à considérer. La municipalité a t-elle effectué une veille pour recenser les besoins des familles en matière de matériels, d’accompagnement des enfants ayant des besoins spécifiques ou de connexion ? Le cas échéant, comment peut-elle aider ? Pourquoi ne pas mettre en place un soutien pédagogique avec des étudiants volontaires et certaines associations locales, qui pourrait se prolonger cet été en direction des élèves les plus fragiles, encadrés par de récents titulaires du Professorat des écoles ou du Capes et qui s’apprêtent à enseigner (sur le modèle de la « réserve pédagogique » proposée par le pédopsychiatre Marcel Rufo) ?

Pour la désinfection pluri-quotidienne des locaux, nous demandons d’utiliser de préférence des produits d’origine biologiques et reconnus pour ne pas être des perturbateurs endocriniens ou avec des toxicités sur le long terme.

Le maire a annoncé que la commune n’assurerait pas de repas froids pour des raisons de norme et de surcoût par rapport aux menus habituels. Soit.  Pourquoi ne pas au moins compléter les repas tirés du sac par une distribution de fruits ?
Les repas pourraient aussi être pris en extérieur, d’autant que les groupes seront restreints. Nous avons la chance de bénéficier d’espaces naturels à proximité, comme par exemple le bois de la Crouzette. A défaut de faire classe dehors, comme l’ont plébiscité des enseignants dans d’autres communes et comme cela se pratique dans d’autres pays. Avec des petits groupes, ce serait l’occasion de tester des façons de faire différentes après cette période de confinement.

Nous insistons ici sur la nécessité de nouveaux locaux scolaires, la capacité des écoles actuelles étant insuffisante. Leur conception devra prendre en compte la question des risques sanitaires comme climatiques. Nous rappelons la nécessité d’une cour de récréation suffisamment grande et l’accès facile et sécurisé à l’environnement naturel (garrigue, domaine de Restinclières).

⇒ Sur l’intérêt à faire l’école dehors, notamment en période de pandémie et après le confinement :
– Une tribune « Après le confinement, apprenons dehors ! » , chercheurs du réseau national d’éducation à l’environnement tribune-apres-le_confinement-apprenons-dehors
A écouter sur France culture : La classe en plein air, une idée pleine d’avenir ?
La Tribune de Moïna Faucher Delavigne, (journaliste et auteure de l’enquête sur l’enfant et la nature) Et si nous faisions école dehors ?,
Une pétition  pour soutenir l’éducation à ciel ouvert

« Avez-vous des masques pour nous ? « 

Récemment, il nous a été demandé : « Avez-vous des masques pour nous ? ».

C’est une évidence : les stocks de masques ont été gérés de façon calamiteuse par le gouvernement, les consignes sur leur utilité ont été cacophoniques, contradictoires, depuis le début de la crise sanitaire.

Suite à l’annonce de l’Académie nationale de médecine du 2 avril, selon laquelle « le port généralisé d’un masque par la population constituerait une addition logique aux mesures barrières actuellement en vigueur », nous avons proposé de vous mettre en relation avec des couturières de la commune pouvant confectionner des masques. Nous les remercions pour leur implication et pour les chaînes de solidarité qui se sont mises en place. Également, en lien avec la recommandation de l’Académie stipulant que « les indications pratiques pour la fabrication d’un tel masque soient largement portées à la connaissance de la population », nous avons tenté de recenser les bonnes pratiques de fabrication et de port de ces masques alternatifs.

Nous avons également participé à l’approvisionnement en film transparent polyester de l’IUT de Montpellier, pour la fabrication de lunettes de protection à destination du CHU et de cliniques (voir en page d’accueil de notre site web).

Cette période si particulière nous montre l’importance de l’entraide, mais jusqu’à quand faudra t-il se débrouiller ainsi, avec les moyens du bord ?

La Métropole de Montpellier a annoncé la commande d’1 million de masques en tissu, lavables et réutilisables, pour l’ensemble de ses 31 communes. Ce sont les maires qui sont chargés de les faire distribuer gratuitement.

D’après les informations que les élus d’opposition ont finalement pu obtenir lors du conseil municipal du 29 avril, la fourniture des masques « Métropole » ou que la commune doit se procurer également par ses propres moyens (appel à des couturiers bénévoles), devrait s’étaler jusqu’en juin. Compte tenu des difficultés d’approvisionnement, M. le maire espérait pouvoir en distribuer 2500 le 11 mai.

Les modalités de distributions ne sont pas encore fixées.

⇒ Voir aussi : L’utilisation des données pour la distribution des masques, ce que dit la CNIL

Qu’en est-il aujourd’hui, à la veille du début du déconfinement voulu par le gouvernement, alors que le port du masque devient fortement recommandé, voire obligatoire dans les transports ? Il semble de plus évident que ce stock sera insuffisant. Quelle anticipation si la crise se prolonge ? Qui en supportera le coût : la collectivité ? La population ? Dans ce cas, l’achat de masques en tissu ou chirurgicaux peut vite devenir une dépense importante.

Nous sommes conscients de la pression qui pèse sur les collectivités mais nous demandons que les Pradéennes et les Pradéens soient mieux informés.

 

Groupes de travail collectifs

Groupes de travail collectifs

Les groupes de travail sont ouverts à toutes et tous. Leur but : construire notre programme avec vous, en nous appuyant sur votre connaissance de la commune, votre expertise, vos questionnements, vos besoins et vos attentes.

A présent, ils ont lieu dans notre local, 75 rue Jean Jaurès (entre la fleuriste et la place des écoles).

Ci-dessous les prochaines dates :

Transition écologique Lundi 20/01 21h – 23h
Actions sociales/solidarité Mercredi 22/01 20h – 22h
Urbanisme Vendredi 24/01 18h30 – 20h
Démocratie locale Vendredi 24/01 21h – 22h30
Finances locales Lundi 27/01 19h – 21h
Actions sociales/solidarité Mardi 28/01 20h – 22h
Dynamisme local : assos, culture, sport, activités économiques Mercredi 29/01 20h30 – 22h30
Métropole (avec représentants de listes d’autres communes) Vendredi 31/01 18h – 20h
Agriculture locale Lundi 10/02 19h – 20h30
Rencontre avec les jeunes Mardi 11/02 20h30 – 22h30
Déplacements Jeudi 13/02 20h30 – 22h30
Finances locales Lundi 24/02 20h30 – 22h

Retrouvez également toutes les dates sur notre page Facebook

 

Dimanche 19 janvier : inauguration de notre local de campagne

Dimanche 19 janvier : inauguration de notre local de campagne

Dimanche 19 janvier, nous avons inauguré notre local de campagne situé 75 rue Jean Jaurès (à côté de la fleuriste).

Autour d’un verre et de quelques mets à grignoter, dans une ambiance conviviale et motivée, Florence Brau, notre candidate tête de liste, s’est présentée et a expliqué  le rôle que nous voulons donner à ce lieu de discussion, d’échange d’idées et d’expériences.

Vous avez été nombreuses et nombreux à vous inscrire à nos groupes de travail et à « fleurir » nos « arbres porteurs de paroles » (ou « arbres à vœux ») avec vos souhaits pour l’avenir de la commune. Un remerciement tout particulier aux enfants qui ont accroché leurs petits cartons colorés ! Ils ont, eux aussi, leur mot à dire.

Retrouvez ici quelques photos de cette matinée :

Pour une nouvelle approche de la démocratie locale

 « La démocratie, c’est pendant tout le mandat, pas qu’au moment des élections », a affirmé Jo Spiegel lors  du café-débat organisé par Energie Nouvelle le 21/11. Ce maire a partagé la passionnante expérience d’intelligence collective mise en place dans sa commune, à Kingersheim. Avec pour philosophie de « faire société ensemble ». Nous y souscrivons pleinement ! Il s’agit d’associer les gens aux décisions qui touchent la commune pour aboutir à une co-construction (et pas une consultation), en les formant, leur donnant les outils nécessaires. Bien entendu les élu.es ne doivent pas rejeter leurs responsabilités et doivent faire des choix. Mais sans avoir peur d’entendre les initiatives des habitant.es, de permettre leur émergence, de les accompagner. Il s’agit de faire par, pour et avec les habitant.es. Et de « donner du sens à nos actions », ajoutait Jo Spiegel. Car la méthode en elle-même ne suffit pas, il faut une vision politique forte pour la commune.
Construction d’une nouvelle école, devenir de la ZAC Cantarelle, aménagement de la plaine sportive… Autant de sujets qui méritent une vision globale associée à une véritable co-construction avec les citoyen.nes. Le fond et la forme.
Nous vous souhaitons de belles et heureuses fêtes de fin d’année.
Café-Débat sur la démocratie participative: venue de Jo Spiegel, 21 Novembre 2019

Café-Débat sur la démocratie participative: venue de Jo Spiegel, 21 Novembre 2019

Maire de Kingersheim (Haut-Rhin, 13000 habitants), il y a mis en place, pendant plus de 10 ans, des conseils participatifs (avec des tirages au sort de citoyens) pour toutes les grandes décisions relatives à la commune. Une expérience extrêmement intéressante qu’il viendra partager à Prades-le-Lez, le 21 Novembre 2019 (salle des conseils, mairie).

Organisé par l’association

Crise climatique : pour une mobilisation d’urgence – Article PradesMag Novembre-Décembre 2019

Crise climatique : pour une mobilisation d’urgence – Article PradesMag Novembre-Décembre 2019

Energie nouvelle, porteur de valeurs écologistes et solidaires, a voté « pour » le vœu de la majorité de déclarer Prades en état d’urgence climatique (CM du 25/09). Ici comme ailleurs, les épisodes caniculaires alertent. La crise climatique et écologique et l’aggravation des injustices sociales qui en découle, sont planétaires. Il est vital d’agir, en luttant contre le réchauffement du climat, en adaptant les constructions, l’aménagement du territoire aux impacts qui se font déjà sentir, en s’orientant vers plus d’autonomie alimentaire et énergétique. Selon le GIEC, jusqu’à 70 % des leviers pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre sont au niveau local. Or que nous propose la majorité ? « Orienter à chaque fois que cela sera possible », « favoriser ». Quel manque d’ambition face aux enjeux ! Nous saluons sa volonté de sensibilisation mais attendons plus de détermination, également au niveau de la métropole : évaluer systématiquement l’impact climatique des projets, établir un plan de réduction des gaz à effet de serre. Il y a urgence à agir sur les déplacements, la bétonisation, etc. Le bilan de l’actuelle municipalité n’incite pas à y croire. Mais regardons vers l’avenir, il est temps de prendre soin de la Terre et des Hommes. Contactez elus@energieprades.fr

Prades-le-Rêve?

C’est la rentrée. Le temps de donner corps à nos rêves. « Energie nouvelle » fait ce rêve pour
notre village :
A Prades, les projets seront élaborés en concertation avec les habitants.
Une démarche participative authentique sera mise en place, basée sur la volonté de co-
constuire les projets avec les Pradéens. La protection de la planète et celle de l’écosystème
de tous les êtres vivants sera la clé de voûte de toute décision municipale.
Des assemblées seront organisées, suivant la dynamique mise en place ailleurs, pour une
éducation de toutes et tous à une citoyenneté responsable. Les habitants pourront
contribuer à la gouvernance autrement que par leur seul bulletin de vote.
Le budget participatif prendra le temps d’un échange approfondi avec toutes les associations
et les habitants volontaires, la pédagogie étant présente à chaque étape.
L’aménagement urbain de la commune se fera en ayant toujours le souci de préserver un
environnement serein, vivant, ouvert et divers, en toute transparence et en concertation
régulière.
Et au fronton de notre mairie, Liberté, Egalité, Fraternité, Laïcité, Parité, Biodiversité
ouvriront la voie au temps retrouvé.
« L’utopie est la vérité de demain », Victor Hugo
Bonne rentrée à toutes et tous !

Article PradesMag Septembre-Octobre 2019

ZAC Cantarelle: avis de l’association sur la modification simplifiée du PLU et actions sur le terrain

ZAC Cantarelle: avis de l’association sur la modification simplifiée du PLU et actions sur le terrain

L’association a déposé en mairie un avis sur la modification simplifiée du PLU, augmentant la surface constructible de 84%. L’association y dénonce l’argumentaire biaisé pour justifier la modification et y permettre la construction d’une nouvelle barre de logements à côté de la poste (voir article ML, avril 2019).

L’argumentaire de l’association (qui s’en tient aux faits précis faisant l’objet de la modification) n’a reçu aucune réponse de la mairie.

Au mois de novembre Energie nouvelle pour Prades-le-Lez, en partenariat avec l’association Prades Initiatives, a organisé des rencontres devant la ZAC pour informer et sensibiliser la population. Des projets alternatifs à celui que le maire veut faire passer en force ont été soumis aux Pradéennes et aux Pradéens.

Libérer l’espace public de la pub

Alors que l’urbanisation de la commune menace son patrimoine architectural et sa valeur paysagère, la question de la publicité se pose également.  La métropole, conformément à la loi, prépare son Règlement local de publicité intercommunal (RLPI). Un projet qui semble aller dans le bon sens avec une maîtrise de l’affichage. Pourtant, des zones dérogatoires sont prévues. Actuellement, Prades est globalement préservé de l’affichage publicitaire et ça doit continuer. Nous demandons qu’il n’y ait aucune nouvelle implantation de pub à Prades et qu’elle ne s’étende pas aux « périmètres d’interdictions relatives à dérogations possibles » cartographiés sur notre village. Nous avons soulevé cet enjeu en conseil municipal du 22/05 mais aucune garantie ne nous a été donnée. Favorisons les enseignes des commerçants et artisans locaux plutôt que celles de grands groupes pour défendre le commerce de proximité. Promouvons les événements culturels, artistiques, l’expression associative et d’opinion. Le RLPI métropolitain doit être ambitieux et porter les valeurs d’un aménagement harmonieux de l’espace public. Il pourrait s’inspirer de Grenoble, engagée pour une « ville sans pub » depuis 2014, sans affichages lumineux grands consommateurs d’énergie. Evitons le matraquage auquel nous sommes confrontés, qui pousse à consommer davantage tout en enlaidissant notre cadre de vie.

Sur ce sujet, voir l’avis d’Energie nouvelle sur sur l’élaboration du règlement local de publicité intercommunal (RLPI) de la métropole, suite au débat en conseil municipal du 22 mai 2019 : Avis RLIP_EnergieNouvelle_PradesleLez_062019

 

Article PradesMag Juin 2019

Ces projets dont on ne nous parle pas – PradesMag mars 2019

Que va devenir le bâtiment de la Poste, quel est le sort réservé au terrain de l’école annexe, deux lieux centraux de notre commune, inclus dans la ZAC Cantarelle dont la surface constructible vient d’être augmentée ? Quel est ce projet de nouveau groupe scolaire dont nous avons appris l’existence par les associations de parents d’élèves ? Une décision subite, alors que jusqu’à présent M. le maire nous assurait qu’elle n’était absolument pas à l’ordre du jour, malgré nos alertes sur la nécessité d’adapter les capacités d’accueil à l’arrivée de nouveaux enfants : classes, réfectoire, transport scolaire à mettre en place. Pourquoi ces projets ne font-ils l’objet d’aucune concertation ? Le cas de l’école est symptomatique : Le maire décide puis on en discute après, à la marge. On ne sait pas si différents scénarios ont été imaginés, mais le choix du lieu d’implantation de la nouvelle école est déjà fait. Cela sans travail préalable avec l’ensemble du conseil municipal, sans communication sur les coûts de construction et de fonctionnement et leur financement, sur les critères architecturaux, sans une vision globale d’aménagement de la commune. La population s’est accrue et cela nécessite des équipements publics : pour l’école comme pour tous les équipements structurants, exigeons une politique écologique et sociale ambitieuse.

 

 

Déclaration commune des trois groupes d’opposition

Lors des précédentes élections municipales, nos trois groupes d’opposition n’ont pas obtenu la majorité des suffrages. Comme le prévoient les institutions de la république, nous sommes donc minoritaires au sein du conseil municipal : 8 conseillers municipaux d’opposition sur un total de 27. Les 19 autres conseillers municipaux sont tous ceux de la liste de Jean-Marc Lussert qui dispose donc d’une large majorité pour mener les affaires de la commune et faire voter les délibérations. Au terme de la loi, le maire et ses adjoints en place ont encore un statut. Monsieur le Maire continue à représenter Prades au sein conseil de Métropole. Mais la situation politique exceptionnelle que nous subissons tous entrave toutes les décisions. Les projets pour Prades sont désormais tous arrêtés, plus aucune anticipation n’est possible et tout est désormais incertain.

La réalité est que la liste du Maire majoritaire s’est déchirée pour des raisons encore inexpliquées complètement, ce qui donne maintenant 11 conseillers, (dont le maire) d’un côté et 8 conseillers (dont l’ex-premier adjoint) de l’autre. Ces huit conseillers dissidents tentent de se faire passer pour un groupe d’opposition  alors qu’ils ont été élus sur la liste du Maire. Il semble que le divorce soit définitivement consommé entre les colistiers du maire, bloquant ainsi l’administration de notre village, l’élaboration de projets et bafouant totalement le résultat des urnes. La responsabilité incombe totalement à la majorité issue des élections de 2014 qui n’est plus en capacité de gérer la commune, et ne peut respecter l’engagement pris devant les Pradéens.

Face à cette situation, le Maire adopte une attitude plus que négative. Il refuse de présenter les dossiers dans la transparence et refuse tout autant l’échange qui pourrait permettre de rassembler une majorité ponctuelle sur des questions importantes. Au contraire, il pratique la désinformation et les pressions sans se soucier des conséquences néfastes pour la commune de cette attitude omnipotente. Pour exemple, aucune commission enfance ne s’est tenue depuis la démission il y a deux ans de sa première adjointe

Dans l’intérêt de la commune, nos trois groupes d’opposition refusent de laisser perdurer cette situation. Il est temps que monsieur le Maire et les élus avec lesquels il s’est présenté aux élections prennent acte de leur incapacité à  gérer et que les Pradéens retournent aux urnes.

Nos trois groupes d’opposition ont donc décidé de prendre ponctuellement et ensemble la plume pour nous adresser aux Pradéens afin de réaffirmer que nous ne pouvons être rendus responsables des difficultés actuelles. Ni salariés de la commune ni rétribués d’aucune façon depuis notre élection, nous assumons les missions que nous ont données les Pradéens : ouvrir les débats, présenter nos points de vue et veiller au bien commun. Tous les dysfonctionnements subis dernièrement ou prochainement sont de l’entière responsabilité de tous les colistiers de Jean Marc Lussert.

Souhaitons que nous puissions rapidement revenir à ce qui nous intéresse tous : notre village, son avenir, son bien vivre.
 

Florence Brau, Isabelle Chabbert, Bruno Chichignoud, Maguy Del Rio, Frédéric Fesquet, Gérald Fryson, Alexis Torrent, Catherine Valette-Lebeau.