Ateliers de réparation de vélo

🚴‍♀️🚴‍♂️ LES VELOS SE DECONFINENT ! 🚴‍♀️🚴‍♂️

Rien de mieux que le vélo pour se déplacer pendant le déconfinement. Vous avez un vélo qui a besoin d’un petit coup de main pour le remettre en marche ?

Nous lançons des ateliers de réparation et de conseil totalement gratuits, pour vous permettre de remonter en selle. Pas besoin d’apporter outils et matériel, nous avons tout sur place 🔧🔩 😃

Pour commencer, deux rendez-vous par semaine :
les mardis de 17h30 à 19h30
les jeudis de 17h30 à 19h30

Où ?
au 75, rue Jean-Jaurès, au local d’Energie nouvelle (à côté de la fleuriste)

Bien entendu, pour respecter les consignes de sécurité sanitaire, nous ne pourrons pas être plus de 10 par atelier.

Contacts :
Bertrand : 06 13 13 37 42
Gilles : 06 47 03 51 19
contact@energieprades.fr

Ces ateliers sont organisés en partenariat avec le Vieux Biclou de Montpellier https://www.vieuxbiclou.org/

La réouverture des écoles

La réouverture des écoles

Aujourd’hui, la crèche rouvre ses portes et les enseignants de l’école sont en « prérentrée », avant le retour des enfants à partir de jeudi 14. Les conditions techniques et sanitaires sont jugées réunies, pour protéger les enfants bien sûr, mais aussi le personnel municipal mobilisé.
L’organisation de la reprise, décidée par le gouvernement, repose dans les faits sur l’exécutif communal, les agents municipaux, les équipes éducatives et enseignantes, qui font leur possible pour que les consignes soient respectées et que nos enfants soient accueillis dans les meilleures conditions psychologiques et sanitaires, suivant un protocole strict d’une cinquantaine de pages : il est difficile de mettre en œuvre et de faire respecter aux enfants toutes les recommandations de sécurité sanitaire, ce qui demande un investissement humain important ; nous leur faisons bien entendu confiance pour cela, en insistant sur la nécessité d’une information et d’une formation rigoureuses des agents et animateurs du périscolaire, tant sur le discours à tenir auprès des écoliers que sur le protocole à appliquer au quotidien et sur la durée.
Demain (mardi 12), la rectrice de l’académie de Montpellier (Éducation nationale), visitera nos écoles : un gage de sécurité supplémentaire pour les familles.

⇒ PROTOCOLE SANITAIRE – GUIDE RELATIF AUX ÉCOLES MATERNELLES ET ÉLÉMENTAIRES, du Ministère de l’Éducation nationale covid19—protocole-sanitaire-pour-la-r-ouverture-des-coles-67182

Plusieurs d’entre elles sont dans un grand désarroi, souvent culpabilisant : vaut-il mieux garder les enfants à la maison ? Les renvoyer à l’école pour qu’ils retrouvent un nécessaire lien social, disent au revoir aux copains et aux enseignants avant les vacances, ou parce qu’on n’a pas le choix de faire autrement ? Moins de la moitié des élèves de l’école élémentaire sont attendus (nous ne connaissons pas encore les chiffres pour l’école maternelle), sur le principe d’un mi-temps (deux jours de classe et de deux en continuité pédagogique par semaine) afin d’opérer un roulement entre les groupes (15 enfants maximum par groupe).

Dans ce climat encore incertain, la concertation, la discussion et l’information régulière des familles, nous paraissent indispensables pour que tout se passe dans la sérénité, sans stress supplémentaire pour les enfants. Puisque la responsabilité incombe aux communes, soyons à l’écoute.

Il convient de se préoccuper des enfants lorsqu’ils ne seront pas en classe : qu’est-il prévu par M. le maire pour les deux jours sans école ? Nous nous inquiétons également d’un possible besoin de soutien scolaire, car nous savons qu’il est plus difficile d’apprendre sans les enseignants et que l’école à la maison est souvent une tache ardue. L’inégalité devant les outils numériques est aussi à considérer. La municipalité a t-elle effectué une veille pour recenser les besoins des familles en matière de matériels, d’accompagnement des enfants ayant des besoins spécifiques ou de connexion ? Le cas échéant, comment peut-elle aider ? Pourquoi ne pas mettre en place un soutien pédagogique avec des étudiants volontaires et certaines associations locales, qui pourrait se prolonger cet été en direction des élèves les plus fragiles, encadrés par de récents titulaires du Professorat des écoles ou du Capes et qui s’apprêtent à enseigner (sur le modèle de la « réserve pédagogique » proposée par le pédopsychiatre Marcel Rufo) ?

Pour la désinfection pluri-quotidienne des locaux, nous demandons d’utiliser de préférence des produits d’origine biologiques et reconnus pour ne pas être des perturbateurs endocriniens ou avec des toxicités sur le long terme.

Le maire a annoncé que la commune n’assurerait pas de repas froids pour des raisons de norme et de surcoût par rapport aux menus habituels. Soit.  Pourquoi ne pas au moins compléter les repas tirés du sac par une distribution de fruits ?
Les repas pourraient aussi être pris en extérieur, d’autant que les groupes seront restreints. Nous avons la chance de bénéficier d’espaces naturels à proximité, comme par exemple le bois de la Crouzette. A défaut de faire classe dehors, comme l’ont plébiscité des enseignants dans d’autres communes et comme cela se pratique dans d’autres pays. Avec des petits groupes, ce serait l’occasion de tester des façons de faire différentes après cette période de confinement.

Nous insistons ici sur la nécessité de nouveaux locaux scolaires, la capacité des écoles actuelles étant insuffisante. Leur conception devra prendre en compte la question des risques sanitaires comme climatiques. Nous rappelons la nécessité d’une cour de récréation suffisamment grande et l’accès facile et sécurisé à l’environnement naturel (garrigue, domaine de Restinclières).

⇒ Sur l’intérêt à faire l’école dehors, notamment en période de pandémie et après le confinement :
– Une tribune « Après le confinement, apprenons dehors ! » , chercheurs du réseau national d’éducation à l’environnement tribune-apres-le_confinement-apprenons-dehors
A écouter sur France culture : La classe en plein air, une idée pleine d’avenir ?
La Tribune de Moïna Faucher Delavigne, (journaliste et auteure de l’enquête sur l’enfant et la nature) Et si nous faisions école dehors ?,
Une pétition  pour soutenir l’éducation à ciel ouvert

« Avez-vous des masques pour nous ? « 

Récemment, il nous a été demandé : « Avez-vous des masques pour nous ? ».

C’est une évidence : les stocks de masques ont été gérés de façon calamiteuse par le gouvernement, les consignes sur leur utilité ont été cacophoniques, contradictoires, depuis le début de la crise sanitaire.

Suite à l’annonce de l’Académie nationale de médecine du 2 avril, selon laquelle « le port généralisé d’un masque par la population constituerait une addition logique aux mesures barrières actuellement en vigueur », nous avons proposé de vous mettre en relation avec des couturières de la commune pouvant confectionner des masques. Nous les remercions pour leur implication et pour les chaînes de solidarité qui se sont mises en place. Également, en lien avec la recommandation de l’Académie stipulant que « les indications pratiques pour la fabrication d’un tel masque soient largement portées à la connaissance de la population », nous avons tenté de recenser les bonnes pratiques de fabrication et de port de ces masques alternatifs.

Nous avons également participé à l’approvisionnement en film transparent polyester de l’IUT de Montpellier, pour la fabrication de lunettes de protection à destination du CHU et de cliniques (voir en page d’accueil de notre site web).

Cette période si particulière nous montre l’importance de l’entraide, mais jusqu’à quand faudra t-il se débrouiller ainsi, avec les moyens du bord ?

La Métropole de Montpellier a annoncé la commande d’1 million de masques en tissu, lavables et réutilisables, pour l’ensemble de ses 31 communes. Ce sont les maires qui sont chargés de les faire distribuer gratuitement.

D’après les informations que les élus d’opposition ont finalement pu obtenir lors du conseil municipal du 29 avril, la fourniture des masques « Métropole » ou que la commune doit se procurer également par ses propres moyens (appel à des couturiers bénévoles), devrait s’étaler jusqu’en juin. Compte tenu des difficultés d’approvisionnement, M. le maire espérait pouvoir en distribuer 2500 le 11 mai.

Les modalités de distributions ne sont pas encore fixées.

⇒ Voir aussi : L’utilisation des données pour la distribution des masques, ce que dit la CNIL

Qu’en est-il aujourd’hui, à la veille du début du déconfinement voulu par le gouvernement, alors que le port du masque devient fortement recommandé, voire obligatoire dans les transports ? Il semble de plus évident que ce stock sera insuffisant. Quelle anticipation si la crise se prolonge ? Qui en supportera le coût : la collectivité ? La population ? Dans ce cas, l’achat de masques en tissu ou chirurgicaux peut vite devenir une dépense importante.

Nous sommes conscients de la pression qui pèse sur les collectivités mais nous demandons que les Pradéennes et les Pradéens soient mieux informés.

 

Groupes de travail collectifs

Groupes de travail collectifs

Les groupes de travail sont ouverts à toutes et tous. Leur but : construire notre programme avec vous, en nous appuyant sur votre connaissance de la commune, votre expertise, vos questionnements, vos besoins et vos attentes.

A présent, ils ont lieu dans notre local, 75 rue Jean Jaurès (entre la fleuriste et la place des écoles).

Ci-dessous les prochaines dates :

Transition écologique Lundi 20/01 21h – 23h
Actions sociales/solidarité Mercredi 22/01 20h – 22h
Urbanisme Vendredi 24/01 18h30 – 20h
Démocratie locale Vendredi 24/01 21h – 22h30
Finances locales Lundi 27/01 19h – 21h
Actions sociales/solidarité Mardi 28/01 20h – 22h
Dynamisme local : assos, culture, sport, activités économiques Mercredi 29/01 20h30 – 22h30
Métropole (avec représentants de listes d’autres communes) Vendredi 31/01 18h – 20h
Agriculture locale Lundi 10/02 19h – 20h30
Rencontre avec les jeunes Mardi 11/02 20h30 – 22h30
Déplacements Jeudi 13/02 20h30 – 22h30
Finances locales Lundi 24/02 20h30 – 22h

Retrouvez également toutes les dates sur notre page Facebook

 

Abattage des pins rue des Bouissousses/Brassens

Abattage des pins rue des Bouissousses/Brassens

Abattage des pins de l’avenue de Bouissouse et de la rue Georges Brassens: point de vue d’Energie nouvelle

Energie nouvelle a été alertée fin août par des habitants de l’avenue de Bouissouse. Ces derniers étaient inquiets suite à la réception d’un courrier du 14 juin 2016 provenant de la Mairie et prévoyant l’abattage imminent de pins dont les racines déformaient la chaussée (prévu selon ce courrier 1er quinzaine de septembre).

Nous (énergie nouvelle) sommes allés sur place le 3 septembre pour nous rendre compte de la situation et discuter avec les riverains. Nous avons constaté la déformation effective d’une partie de la chaussée et du trottoir bordant le premier tiers de la rue, côté droit en venant du chemin des Mazes et la gêne occasionnée pour quelques riverains de ce secteur.

Si certaines personnes rencontrées ce jour-là étaient donc plus favorables que d’autres à la coupe des pins déformant la chaussée, les riverains s’élevaient contre l’absence de concertation avec le maire et de projet global d’aménagement de la rue. Leur revendication était la suivante : l’abattage des pins est peut-être nécessaire, mais il faut d’abord réfléchir ensemble, avec la mairie, à un plan d’aménagement global de l’avenue de Bouissouse et également de la rue G. Brassens : comment redonner de l’ombre et du charme à ces rues, comment organiser les circulations et déplacements doux ? Lire la suite